La transition générationnelle en radiologie : un enjeu majeur où chacun a un rôle à jouer

24-08-2020

Entretien avec Docteur Guillemot, médecin radiologue à Reims au sein du groupe PRIM (Imagerie Médicale Saint Rémi-Marne), mais également Président du Groupe Vidi.

Quels sont les enjeux liés à la transition générationnelle dans la radiologie ?

Aujourd’hui, la jeune génération, formée pour beaucoup à l’interventionnel, doit avoir conscience qu’ils pourraient demain, s’ils ne font rien, ne plus être gérants de leurs structures mais seulement salariés exécutants ou actionnaires minoritaires dans des sociétés gérées par des financiers qui ont des objectifs de rentabilité importants pouvant être contraires à un projet médical tourné vers le patient.

Il est essentiel de souligner cette tendance qui a été constatée ces dernières années dans le secteur de la biologie et qui apparait ces derniers mois en radiologie…

Comment faire face à cette situation ?

Il est de notre devoir, à nous l’ancienne génération actuellement gérant de nos cabinets, de sensibiliser les jeunes internes très tôt. Comme pour la biologie, les financiers axent leurs discours sur la qualité et la facilité mais s’il est nécessaire et utile d’améliorer la performance des centres d’imagerie, ces améliorations doivent profiter aux patients, aux médecins et à leur personnel, pas aux gestionnaires de fonds de pension.

Demain, les jeunes radiologues devront travailler à l’aide de nouveaux outils, notamment de l’intelligence artificielle que la profession elle-même doit contribuer à faire évoluer. La transition générationnelle doit permettre à la génération sortante de passer le relais dans des conditions financières équilibrées, acceptables pour la génération entrante qui ne doit pas être sacrifiée sur l’autel de la « finance ».

Quelle cohérence y aurait-il d’avoir revendiqué des années durant l’augmentation du numerus clausus pour laisser la génération nouvelle exclue ?

Nous n’avons pas formé des jeunes radiologues pour qu’ils deviennent salariés ou actionnaires minoritaires. Il est évident que la perte de la maîtrise de son outil de travail a des conséquences délétères pour les patients, le système de santé et les conditions d’exercice des médecins.

Nous devons donc être garant de cette transition générationnelle et veiller à ce que la nouvelle génération soit intégrée à sa juste valeur.

C’est le sens de notre démarche et de notre engagement au sein du réseau Vidi. Les 46 centres du réseau Vidi sont des centres structurés regroupant chacun en moyenne 15 radiologues. Ils offrent la possibilité d’exercer sa surspécialité sur des plateaux techniques complets, de pratiquer des gestes de radiologie interventionnelle, au sein de larges équipes formées et motivées, le tout avec une intégration à la carte et des conditions attractives.  Le réseau Vidi est le seul réseau détenu à 100% par ses 850 radiologues qui ont à cœur de permettre aux futures générations de radiologues que vous êtes de garder la maîtrise de leur outil de travail et leur autonomie.