L’évolution des technologies va améliorer la qualité des soins et de l’expérience patients au sein des groupes membres du réseau Vidi

08-06-2021

Avec plus de 330 EML répartis au sein de son réseau et 12 blocs interventionnels, Vidi est le 1er acheteur privé aujourd’hui en France. Au-delà de sa force de frappe en termes de négociation, et de son offre de services et d’équipements toujours plus performants, le réseau coopératif est aussi un laboratoire à idées qui permet à des radiologues parfois isolés dans leurs régions de s’investir dans des projets innovants ou de participer à des commissions achats, dans tous les cas d’être acteur de la stratégie du réseau.

Ainsi, au sein du réseau Vidi, on encourage les innovations en allant les chercher dans des partenariats avec les constructeurs historiques ou des startups et en développant en interne ces innovations grâce à la mutualisation de nos intelligences. C’est ainsi que lors des dernières études des équipements réalisées par la commission Vidi, l’imagerie spectrale proposée par les scanners (qui allie le principe de la tomographie par rayon X et l’utilisation de plusieurs niveaux d’énergie), les modules d’IA (Deep Learning Reconstruction), ou encore la création d’un environnement apaisant dans l’IRM (diffusion de film et musique d’ambiance) ont retenu l’attention des radiologues. Le docteur Jean-Baptiste Meyer chez Radiolor à Nancy précise : « les nouvelles technologies et notamment l’IA amélioreront, dans un futur proche, la prise en charge des patients en facilitant le workflow et l’interprétation des examens. Le confort sera également meilleur pour le patient (réduction du temps des examens, aide à l’interprétation, comptes rendus enrichis automatisé…). Il faudra bien-sûr rester maître de ces outils et de notre métier. » Enfin, l’imagerie 4D ouvre de nouvelles perspectives en apportant une meilleure précision, des traitements mieux définis et améliore ainsi la qualité des soins délivrés par les radiologues.

Le réseau Vidi est très sensible à la diminution des doses de rayons X délivrées lors d’un examen et tient compte de ce critère dans ses choix d’équipements référencés. C’est le cas de l’EOS par exemple qui divise par dix les doses de rayons comparativement à un examen standard grâce à l’utilisation de chambres à films ultrasensibles qui remplacent les films traditionnels. La diminution du produit de contraste est également un axe d’amélioration et les radiologues du réseau Vidi veillent à évaluer les possibilités de substitution vers un examen n’utilisant pas de produit de contraste et si non à les utiliser de manière juste. Des innovations sont également développées en interne par le réseau comme au sein de la commission VidiIA qui rassemble actuellement 6 radiologues de 6 groupes différents et qui ambitionne d’ici quelques mois d’intégrer en routine les 3 algorithmes experts qu’elle aura développés grâce au partenariat avec la startup Cleverdoc.

Quant à la radiologie interventionnelle, elle bénéficie de belles évolutions technologiques et continue sa progression au sein des groupes d’imagerie en rendant moins invasifs certains soins. Comme en témoigne le docteur Sébastien Novellas, chez Riviera Imagerie Médicale à Nice : « tous les jours, nous constatons l’intérêt des jeunes radiologues mais aussi des patients pour cette pratique nouvelle et prometteuse. Vidi lui a même dédié un club au sein duquel les radiologues peuvent échanger et partager. Nous nous réunissons toutes les six semaines et les adhérents de l’UNIR sont régulièrement conviés à échanger avec nous. »

Comme le martèle le Dr Alain Guillemot, président du réseau Vidi, « les prochaines années en imagerie vont être passionnantes pour les radiologues qui conserveront les rênes car les innovations seront nombreuses et structurantes pour notre métier ». Les innovations concernent également l’expérience patients qui est non moins importante. L’ensemble des groupes Vidi sont déjà digitalisés avec la possibilité pour les patients de prendre rendez-vous et d’avoir accès à leurs résultats en ligne mais également de poser une question à leur radiologue si besoin, ou de laisser un avis. Car c’est bien là la mission de notre réseau coopératif : défendre un projet médical pour la qualité des soins et de l’expérience patients pour tous les patients.